La fission boostée.

L’idée de la fission boostée a été développée entre 1947 et 1949 au Laboratoire national de Los Alamos par Ulam et Teller. L’introduction de deutérium et de tritium sont critiques pour la fission boostée. Lors du début de la fission (1 % du combustible à fusionner), la température s’avère suffisante pour enclencher la fusion et en conséquence produit un nombre relativement élevé de neutrons. Cela double son efficacité pour la réaction en chaine. Les neutrons énergétiques libéraient par la fusion, ont une puissance énergétique sept fois plus élevée que ceux issus de la fission. Ce qui les rend plus capturable et donc déclenche beaucoup plus facilement, de nouvelles rections de fissions. Trois facteurs sont dus à ce phénomène.
-Les neutrons ont une vitesse très élevée ce qui crée un ralentissement du temps local.
-Lors de la cotisation de ces neutrons avec un noyau fissile, un plus grand nombre de neutrons sont libérés par la fission (l’effectif est approximativement double).
-Ces neutrons énergétiques ont une plus grande porte et se dispersent rapidement.
En considèrent ces différents facteurs, l’effectif maximal pouvant être atteint pour les neutrons issus de la fusion Deuterium-Trituim est 8 fois plus élevé que celle de la fission normale (2,5 × 10⁹ neutrons à la place de 3 × 108 neutrons pour une densité de 19,8 g de plutonium par cm3).

Capture d’écran 2013-02-25 à 22.48.46
Schéma de Fission bootée.

Retour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s