Les différents atomes nécessaires au bon fonctionnement de la fission boostée.

Le deutérium est un isotope naturel de l’hydrogène, son noyau est constitué d’un proton et d’un neutron. À la température ambiante, on le retrouve sous forme de gaz, mais celui-ci est très rare et difficile à utiliser. Le deutérium a une demi-vie stable, il ne se désintègre pas. Il fut découvert en 1931 par Harold Clayton Urey (un chimiste de l’université de Columbia).

Le Tritium est un isotope radioactif de l’hydrogène et son noyau comporte un proton et deux neutrons. Il est extrêmement rare dans la nature. Il est donc créé artificiellement par l’homme dans les laboratoires nucléaires. Le tritium a une demi-vie de 12.32 ans et se désintègre en hélium 3 avec une désintégration bêta. Plusieurs méthodes sont employées pour créer cet atome, mais la plus efficace et la plus productive est avec le lithium 7. Lors d’un bombardement d’un neutron énergétique, une particule alpha est émise (hélium), un noyau de tritium se forme et un neutron est libéré. Tandis qu’avec le lithium 6 aucun neutron énergétique n’est libéré. Le tritium a été mis en évidence en 1934 par Ernest Rutherford.
Avec du lithium 7 :

Capture d’écran 2013-02-25 à 21.23.33

Avec du lithuim 6 :

Capture d’écran 2013-02-25 à 21.23.42

Le lithium est un métal alcalin (élément très radioactif que l’on ne trouve jamais à l’état élémentaire dans la nature, il réagit immédiatement en présence d’humidité). Il est très réactif et s’oxyde très rapidement en contact avec de l’air et de l’eau (il est conservé dans de l’huile minérale). Dans le lithium naturel, on retrouve à peu près 7.5 % de lithium 6 et 92.5 % de lithium 7. Le lithium 6 et 7 sont utilisés dans les réactions nucléaires pour produire du tritium. Lors du contact avec des neutrons énergétiques le lithium 6, provoque une réaction exothermique (relâchement de l’énergie) relâchant 4.8 MeV tandis que le lithium 7 engendre une réaction endothermique (absorbe de l’énergie : 2.466 MeV), mais libère une quantité d’énergie énorme. Ceci fut découvert lors du test nucléaire Castel Bravo (premier test de la bombe d’hydrogène thermonucléaire aux États-Unis) en 1954.

Retour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s